! COUPS DE COEUR BD !


KIDZ T.1

Auteur :

Joray & Ducoudray

Edition :

Glénat

Date de publication :

mercredi 30 janvier 2019

Critique :

Survivre à l’apocalypse, c’est plus sympa quand on a 10 ans !

Voilà 3 mois qu’une terrible épidémie a transformé la population en zombies avides de chair fraîche. Seulement, après avoir dévoré la presque totalité de l’humanité, les morts-vivants eux-mêmes commencent à dépérir et tombent de famine les uns après les autres... C’est dans une banlieue ensoleillée de Californie au doux parfum de fin du monde que Ben, 10 ans et encore traumatisé par la mort de ses parents, forme avec ses potes le dernier bastion de l’humanité. Et entre chasse des zombies survivants, expéditions pour amasser vivres, jouets et comics, le tout filmé par le bien nommé Spielberg, la vie s’écoule plutôt paisiblement au cœur de leur enceinte construite avec les moyens du bord. Jusqu’au moment où quelque chose de pire qu’une reprise de l’épidémie, une catastrophe nucléaire ou les 4 anneaux clignotants d’une Xbox 360 vient frapper leur petite communauté : deux filles ! Jusqu’ici habitués à chiller au bord de la piscine en mangeant des barres chocolatées et jouant aux jeux vidéo, comment les garçons vont-ils réagir aux nouvelles coutumes bizarres de Polly et sa petite sœur Sue ?

Aurélien Ducoudray et Jocelyn Joret revisitent le récit de zombies avec un point de vue de gamins de 10 ans dans un concentré de culture pop fleurant bon l’Entertainment des années 1980. KidZ : ou la rencontre improbable entre Stranger Things et Bienvenue à Zombieland sur une bande-son de Gorillaz !

Article écrit le 18/04/2019 par Grégory Belfio



PARIS 2119

Auteur :

Zep & Bertail

Edition :

Rue de Sèvres

Date de publication :

mercredi 23 janvier 2019

Critique :

Le métro parisien, c'est « has been », réservé aux laissés-pour-compte rejetés de cette (nouvelle) société. Désormais, en l'an 20119, à Paris comme ailleurs, on se déplace en Transcore, une cabine individuelle de téléportation. Mais Tristan refuse que les humains soit réduits à néant au profit de la robotique. Il ne veux pas être scanné et numérisé à chaque coin de rue. Il est un peu en marge et préfère prendre le métro, marcher dans les rues et vivre encore un peu comme dans l'ancien temps, celui de ses parents. Il se met en totale opposition avec Kloé, sa compagne qui, elle, profite de cette modernisation digitale, de la téléportation, pour voyager partout. Kloé ne supporte pas que Tristan emploie un vocabulaire « rétro », qu'elle qualifie de « louche ». A force de ballade et d'observation, un événement va le perturber et éveiller ses soupçons. Une rencontre avec une femme différente, et de fait troublante. Un sentiment d'inquiétude va naître en lui. Il va observer et questionner au gré de discussion cette inconnue et ainsi découvrir des révélations inquiétantes. Il doit maintenant essayer de convaincre Kloé de le croire, de l'écouter et lui prouver sa découverte... Cependant, il va aussi falloir être très méfiant, car à fouiller où il ne faut pas, il va s'attirer certaines foudres... Et si on leur avait caché une lourde vérité ? Et si le transcore n'était pas qu'un simple moyen de transport ?

Article écrit le 18/04/2019 par Grégory Belfio



ARISTOPHANIA T.1

Auteur :

orison & Parnotte

Edition :

Dargaud

Date de publication :

vendredi 18 janvier 2019

Critique :

L'histoire commence à Marseille, en 1899. Clément, un ouvrier, est tué dans des circonstances étranges par un certain Barboza, un colosse dévoreur de rats. Sa vie n'était pas moins insolite et remplie de secrets, à en juger par la drôle de conversation qu'il tenait, quelques minutes avant sa mort, avec une femme aussi élégante que mystérieuse. Neuf ans plus tard, alors que la veuve de Clément croupit en prison et que ses trois enfants sont en butte à la violence des adultes, la femme mystérieuse revient dans leur vie. Elle s'appelle Aristophania Bolt, comtesse de son état. Afin de protéger les enfants de la menace qui pèse sur eux, elle les installe dans un décor de rêve qu'elle nomme Azur. Poussés par la curiosité, ils ne résistent pas à la tentation d'explorer leur nouveau cadre de vie. Ce qu'ils vont découvrir - à commencer par les pouvoirs d'Aristophania - dépassera de très loin les limites de leur imagination... Après Le Maître d'armes, Xavier Dorison - le scénariste d'Undertaker - et Joël Parnotte signent avec Aristophania une nouvelle épopée flamboyante et envoûtante, dans laquelle le décor le plus banal sert de paravent à un univers fascinant, truffé de sortilèges et de magie. Entre fantastique échevelé, petites pointes d'humour et réalisme social, cet album inaugure un cycle en quatre tomes qui dessine les contours d'une nouvelle série de « french fantasy », riche en promesses et en rebondissements.

Article écrit le 18/04/2019 par Grégory Belfio



U.C.C. DOLORES T.1

Auteur :

Didier & Lise Tarquin

Edition :

Glénat

Date de publication :

mercredi 9 janvier 2019

Critique :

C’est un grand jour pour sœur Mony. À 18 ans, il est temps, pour cette orpheline recueillie à la porte du couvent des Nouveaux Pionniers, de quitter le nid et de trouver sa voie. Mais à peine propulsée dans le monde extérieur, voilà que la jeune fille découvre être l’héritière du UCC Dolorès , un croiseur de guerre de l’armée confédérée ayant appartenu au général Mc Monroe, de sinistre mémoire ! Incapable de manœuvrer un tel engin, la candide Mony se met en quête d’un pilote et « trouve » Kash, vétéran taciturne et désireux de changer de vie. Ensemble, ils prennent la direction de la Frontière aux commandes du Dolorès , un vaisseau au passé mystérieux !

Pour son entrée au catalogue Glénat, Didier Tarquin nous régale en tant qu’auteur complet avec cette nouvelle série de SF où il repousse toujours plus loin les limites de son dessin virtuose et de sa maestria narrative. Une odyssée spatiale palpitante aux héros accrocheurs qui dynamite les codes du genre, évoquant aussi bien Star Wars que Firefly , Cowboy Bebop et Lanfeust des étoiles réunis !

Article écrit le 18/04/2019 par Grégory Belfio



MAX L'EXPLORATEUR

Auteur :

Guy Bara

Edition :

Dupuis

Date de publication :

vendredi 30 novembre 2018

Critique :

Max l'Explorateur, ce personnage de pantomime dans son costume de colon belge des années 30, est le parangon muet du dessin de presse. Créé en 1954 par Guy Bara, le cartooniste à la renommée internationale, il conquiert bientôt les quotidiens du monde entier grâce à son humour souvent absurde, la simplicité de son trait et sa capacité, au moyen d'un langage silencieux, à être intelligible par tous. Cette trogne sympathique, reconnaissable entre mille, voyagea dans de nombreux journaux et revues, de Coeurs Vaillants à France-Soir, de Copenhague à Kuala Lumpur, au point de se retrouver dans plus de 13.000 strips dans le Soir ou il paraîtra jusqu'en 1998. Les Éditions Dupuis célèbrent aujourd'hui le reporter distrait qui amusa Le journal de Spirou entre 1964 et 1985, en publiant une sélection de ses meilleurs strips réunis selon quatre dossiers thématiques. Au fil des dessins, c'est toute une culture populaire qui se fait jour, une immersion dans l'histoire de la bande dessinée et du cartoon à l'américaine. Un indémodable dont le comique instantané et la dynamique burlesque nourrissent toujours et encore le rire !

Article écrit le 18/04/2019 par Grégory Belfio